Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Ne pas fuir

Pour le mois d’avril, nous lisions les chapitres 20 à 22, qui conduisent Paul d’Éphèse à Troas puis à Milet et enfin à Jérusalem. Après son arrivée, Paul est arrêté, conduit devant le tribunal où il se défend et revendique la citoyenneté romaine pour changer de juridiction. 

20,1-12 – d’Ephèse à Troas

Malgré quelques mots qui font le lien avec l’émeute des orfèvres, le texte reprend plutôt la narration arrêtée au v. 22. 

C’est l’époque où Paul écrit la 2ème lettre aux Corinthiens puis la lettre aux Romains alors qu’il est à Corinthe (hiver 56-57). D’après 2 Co 8-9 c’est alors aussi qu’il organise une collecte de solidarité pour les frères de Jérusalem, qu’il entend apporter lui-même (cf. Rm 15,25.32). Ses compagnons de voyage sont sans doute les représentants des églises qui y ont contribué. Sopatros est peut-être mentionné en Rm 16,21 ; Aristarque est évoqué lors de l’émeute d’Éphèse, il sera compagnon de captivité de Paul (Ac 27,2 ; Col 4,10 ; Phm 24) ; Gaïos on peut lire de Derbé (en Asie Mineure) ou de Doberos (en Macédoine) auquel cas, il serait cité en Ac 19,29 ; Timothée est bien connu. Tychique est cité en Ep 6,21 ; Col 4,7 ; 2Tm 4,12 ; Tt 3,12. Trophime est d’Éphèse (cf. Ac 21,29 & 2Tm 4,20), certains y ont vu le premier évêque d’Arles, qui est plus probablement un homonyme du IIIème siècle

« nous précédèrent » le récit revient à la première personne du pluriel. 

Après la Pâques, indice chronologique : il s’agit de la Pâques 57 ou 58. 

Résurrection d’Eutyque. Miracle de Paul, à rapprocher avec celui de Pierre (résurrection de Tabita Ac 9).

Premier jour de la semaine : celui de la Résurrection du Seigneur. Ainsi l’habitude de se réunir le « dimanche » pour la fraction du pain (c’est-à-dire l’eucharistie) est déjà installée. Si Paul parle jusqu’à minuit, c’est que l’usage suit le comput hébraïque (le jour commence au coucher du soleil … donc la veille au soir). Le geste de Paul rappelle celui de Elie (1R 17) et d’Elisée (2R 4)

20, 13-28 – Milet

Le but du voyage est Jérusalem. On passe par Assos (aujourd’hui Behramkale) port à 40 km au sud de Troas, face à l’île de Lesbos. Mytilène : port et capitale de Lesbos, au Sud de l’île face à la Turquie. Chios et Samos : îles grecques proches de la Turquie (respectivement 7 et 2 km au plus près de la côte). 

Milet est un ancien port, aujourd’hui à plus de 5km à l’intérieur des terres, à cause du comblement de la baie par les alluvions du fleuve Méandre. C’est la ville de Thalès (entre autres célébrités). 

Intention d’arriver à la Pentecôte. Indication chronologique mais aussi théologique : la fête des moissons, convenait bien à la remise des fruits de charité provenant des communautés que Paul avait semées ces dernières années. On se souvient aussi qu’il s’agit de l’anniversaire du don de l’Esprit et du début de la mission. Ainsi, on a ici la trace d’une inscription de cette fête dans le calendrier chrétien. 

Le discours est le troisième grand discours de Paul dans les Actes. On peut noter quatre parties ponctuées par l’expression : « et maintenant » (vv 22. 25. 32)

  • 1821 Rappel de ce qu’il a fait pour les Églises d’Asie
  • 2224 Situation et dispositions présentes
  • 2531 Perspectives sur l’avenir
  • 3235 Dernières recommandations

On note quelques ressemblances avec le style des épitres pastorales, ce qui cohérent puisqu’il s’adresse aux anciens (donc aux responsables des églises). On peut mettre en parallèle de presque chaque verset des citations des lettres (ci-dessous les références proposées par le Cardinal Martini)

v 18 : 1 Th 1,5 ; 2,10-12                                                           v 28 Tt 1,5 ; 2Tm 1,6 

v 19 : Ep 4,2 ; Ph 2,3 ; 2 Co 1,8-9 ; 1 Co 15,32                       v 29 : Rm 16,17-18 ; 1 Tm 4,1-3

v 20 : 2 Tm 4,2                                                                          v 30 : 1 Tm 1,20

v 21 1 Th 1,9 ss                                                                      v 31 : 2 Tm 4,5 ; 1 Th 5,8 ; 1 Co 4,14

v 24 : Ph 1,21-23 ; 2Tm 4,7 ; Ph 2,16 1 Co 9,24-27 ; Ga 2,2   v 32 : Rm 1,16. 16,25 ; Ep 2,20-22

v 25 : 1 Th 2,12

 

« Vous ne verrez plus mon visage » en fait Paul a pu retourner à Ephese après son premier séjour en prison romaine, il y établit alors Timothée (cf. 1 Tm 1,3)

v. 28 « établis gardiens » le mot ici est episcopoi (littéralement surveillants) qui donnera notre « évêque » même si à l’époque on ne fait pas la distinction entre anciens et surveillants aussi clairement qu’aujourd’hui entre prêtres et évêques

« Église que Dieu s’est acquise par son sang ». Plusieurs lectures possibles : soit « l’Église de Dieu acquise par le sang de son fils » soit « l’Église du Seigneur qu’il s’est acquise par son propre sang », cela dit la nuance théologique n’est pas très significative.

v. 32 « je vous confie à la parole de grâce » car c’est elle qui garantit l’avenir de la communauté et non pas des stratégies politiques ou communautaires. Par ailleurs l’utilisation de « bâtir » introduit l’idée d’un cheminement ou d’une progression dans la vie chrétienne qui n’est pas donnée d’un seul coup. 

v. 35 « il y a plus de joie à donner qu’à recevoir » Il s’agit d’une parole de Jésus qui n’est pas rapportée dans les évangiles. On appelle cela des agrapha (non-écrites). Elles ne révolutionnent pas la théologie et on en trouve parfois chez les Pères de l’Église, la plupart de ces paroles couramment citées aujourd’hui proviennent des évangiles apocryphes. 

v. 37 « ils l’embrassaient » usage commun (cf. Rm 16,16)

21, 1-14 de Milet à Césarée

Texte d’itinéraire qui vise à montrer la conscience que Paul a d’accomplir la volonté du Seigneur. 

Itinéraire maritime qui passe par le Dodécanèse : Kos (3ème ile la plus grande à 4 km des côtes turques) ; Rhodes (île majeure de l’archipel) : colonie grecque depuis le XIIème av. JC. L’évangélisation y est sans doute très ancienne : l’évêché de Rhodes revendique son origine paulinienne, sur la foi de ce texte. 

Patara : une des plus anciennes cités de la Lycie (SO de l’Asie mineure), réputée être le lieu de naissance d’Apollon et de saint Nicolas (plus tard !). Le port est aujourd’hui au milieu des marais. 

Tyr est habitée depuis 2700 av JC, mais c’est plutôt avec les phéniciens vers le Xème siècle av JC par l’alliance avec la ville de Sion qu’elle prend de l’importance. A l’époque de Paul c’est une ville de province romaine, paisible. La communauté est fondée par les hellénistes. Un évêché y est attesté dès le IIème siècle de notre ère.

Ptolémaïs est l’antique Akko ou Saint-Jean-D’acre. Un des ports naturels les plus importants de la région. 

A Césarée on retrouve Philippe, l’un des sept, celui qui a baptisé l’éthiopien. Le titre « d’évangéliste » est rare. On a parfois vu dans la mention de ses quatre filles « vierges qui prophétisaient » l’évocation d’un début de consécration religieuse féminine. 

Il est probable aussi qu’Agabus soit celui que l’on a rencontré à Antioche (Ac 11,27-28) : son geste est typique des gestes prophétiques qui miment ce qu’ils annoncent. 

21,15-26 – Arrivée à Jérusalem

Le texte manifeste la bonne volonté de Paul vis-à-vis des chrétiens venant du judaïsme, comme la reconnaissance par la communauté de la valeur de l’apostolat de Paul.

Mnason : sans doute un des premiers hellénistes convertis, il est de Chypre comme Barnabé, lui-aussi disciple de la première heure. 

La visite à Jacques, d’après les lettres (par ex. 1Co 16,1-4), a pour but d’apporter le fruit de la collecte faite auprès des autres communautés, mais les Actes sont très discrets sur la question. Il faut dire qu’elle avait pour but d’exprimer la communion entre les chrétiens d’origine juive et ceux d’origine païenne, et que les événements ont plutôt tournés à l’opposition !

Même si les chefs ont une bonne opinion de Paul, ils ont conscience que sa réputation reste discutée. On observera le subtil passage du combat pour ne pas imposer aux païens les coutumes juives au soupçon de détourner les juifs de leurs propres coutumes. Ne pas être obligé de faire ce n’est pas être obligé de ne pas faire !

Le vœu consistait à s’abstenir de certaines choses pendant un certain temps, au cours duquel les cheveux n’étaient pas coupés. A l’expiration du vœu, on rasait les personnes et jetait leurs cheveux avec le sacrifice prescrit … l’offrande étant assez couteuse, la participation de Paul devait donc manifester l’estime dans laquelle il tenait les prescriptions juives. La pratique d’une dernière période de purification (les sept jours évoqués au verset 27) est inconnue par ailleurs. 

21, 27-40 – Arrestation de Paul

L’animosité des asiates (de la région d’Ephèse) poursuit Paul jusqu’à Jérusalem. Les accusations portent sur le respect de la Loi et du Temple, ce qui était déjà le cas pour Jésus et pour Etienne. Le Temple était interdit aux païens, sous peine de mort, mais le reproche que l’on fait à Paul est sans fondement. Sous prétexte qu’il fréquente un païen, il l’aurait introduit dans le Temple ? L’amitié supprimerait-elle toutes différences ? ou bien notre cercle relationnel serait-il le lieu de la présence divine ? 

Paul est extrait du Temple, pour qu’il ne bénéficie pas du droit d’asile, les portes sont fermées pour éviter qu’il s’y réfugie. 

La cohorte romaine (garnison) était cantonnée dans la forteresse Antonia, située à l’angle Nord-Ouest de l’esplanade du Temple, ce qui explique la rapidité d’intervention. 

Flavius Josèphe mentionne une révolte de sicaires (extrémistes nationalistes) sous le gouvernorat de Felix, menée par un égyptien et qui finit dans le désert. 

Paul parle en « langue hébraïque » c’est-à-dire en araméen, l’hébreu n’étant plus parlé depuis le retour d’Exil

22, 1-21 – Harangue de Paul pour sa défense

Premier des trois discours de Paul pour sa défense (cf. Ac 24,10-21 & 26,2-23). 4 parties : 

  • 35 : Paul se présente comme un juif pieux et engagé
  • 611 : récit de l’apparition sur le chemin de Damas
  • 1216 : rencontre avec Ananie et baptême
  • 1721 : vision à Jérusalem

Le but de ce discours est de montrer son respect de Dieu et des lieux saints, tant par son éducation que par l’origine divine de son action.

Quelques particularités de ce récit du chemin de Damas :

  • Une précision horaire vers midi
  • Alors qu’en 9,7 les compagnons de route entendent la voix mais ne voient pas la lumière, ici il est dit qu’ils voient la lumière mais n’entendent pas la voix. Fautil comprendre qu’en 9,7 il s’agissait de la voix de Paul, ou bien Luc a-t-il oublié d’harmoniser les détails ? Les deux versions se rejoignent sur le fait que l’expérience de Paul a été partiellement partagée par ceux qui l’accompagnaient. 
  • Insistance sur la bonne réputation d’Ananie auprès des juifs, expression « le Dieu de nos pères » pour souligner « l’orthodoxie » des événements. 
  • Jésus est désigné comme « le Juste » ce qui est moins provocateur pour la foule que de l’appeler Messie (ou Christ) De la même manière « tous les hommes » englobe les païens sans les nommer. 
  • L’idée d’une « prédestination » de Paul à connaître la volonté de Dieu, sans doute parce que l’auditoire est formé à s’efforcer d’être fidèle à cette volonté. 

La vision à Jérusalem n’est pas mentionnée dans les autres récits. Elle a lieu dans le Temple, signe que Paul ne s’est pas détourné de son ancienne piété. 

v. 20 Etienne, ton témoin, le mot grec « martyr » va prendre le sens que l’on connaît d’un témoignage jusqu’au don de sa vie. 

Le discours s’interrompt lorsqu’il apparaît que Dieu lui-même appelle les païens au salut, ce qui est le cœur du litige.  

22, 22-29 – Citoyen Romain 

L’interrogation au fouet était une procédure courante pour les esclaves, mais la lex Porcia interdisait sévèrement qu’on l’applique aux citoyens romains : Facinus est vincire civem Romanum, scelus verberare (c’est un délit d’enchaîner un citoyen romain, et un crime de le fouetter) dit Cicéron.

Comme à Philippes (16,17) la qualité de citoyen romain inspire crainte et respect aux autorités. La citoyenneté pouvait être achetée, manifestement le centurion était de citoyenneté récente. 

Le processus étant engagé, Paul reste enchaîné donc prisonnier, mais la procédure sera désormais plus rigoureuse !

 

Pour le mois de mai, nous lisons les chapitres 23 à 25 qui déroulent la procédure judiciaire depuis Jérusalem jusqu’à la cour d’Agrippa : 

23, 1-11 - Devant le Sanhédrin

23, 12-22 - complot des juifs

23, 23-35 - transfert à Césarée

24, 1-21 - procès devant Félix, gouverneur romain

24, 22-27 - captivité à Césarée

25, 1-12 - appel à César

25, 13-27 - comparution devant Agrippa

Partager cette page
Repost0
Published by mane-nobiscum-domine